Le journal publique d’une cave…











{février 24, 2009}   la nuit du sacre…

C’est vrai que j’ai le sommeil lourd des fois… mais il faut comprendre que chacun agit au stress à sa façon ! y en a qui perdent le sommeil… moi c’est plutôt l’hypersomnie de stress… c’est même décrit en psychologie animale, c’est-à-dire que lorsque je stresse, je dors… je me réveille pour mieux me rendormir et en dormant je rêve que je suis à Layalits pour acheter un matelas mais je m’endors en l’essayant !

Et pi après tout, mon histoire est à dormir debout !

J’arrive, pourtant, tant bien que mal à me réveiller vers les coups de 10h… Ch3aybia avait entamé probablement son deuxième CD… encore la même chanson d’hier : « 3jebni zine », faudrait peut être vous la faire écouter, parce que ça me donne envie de sortir accompagner sa transe !

A cet instant même, elle envahit la chambre avec apparemment la ferme intention de me réveiller… Quand elle me trouve assise sur le lit, son visage s’éclaire et elle se met à danser joyeusement !

Hilarant ! En voilà une bonne façon de commencer sa journée ! je reste bouche bée devant sa ferveur et son application à la tâche.

Et puis sans s’arrêter de danser ou de chanter, elle se met à ouvrir les volets pour éclairer la chambre du beau soleil qui brille dehors, elle époussette les carreaux… puis se dirige vers le grand placard pour choper un jean, un chemisier et un déodorant qui empeste la vanille.

C’est donc sa chambre à Ch3aybia ! C’est vrai que les couleurs chatoyantes lui siéent à son tempérament follet… il est vrai que le mobilier de la chambre fait relativement bon marché quand on voit le luxe du reste des pièces, mais bon, ça reste quand même plus sympa que ma chambre qui servait plus de débarras que de piaule…on y trouvait quelques chose comme 3 caisses d’huile végétale reçues en arrosage pour les fiançailles de Mouad, les 34 bouquins de papa du temps où il arrivait encore à lire sans apposer les gros verres blindés à son champ visuel, la commode de Nadia qui n’allait plus avec sa déco mais qui lui était chère, la bicyclette d’enfant de Mouad, la corde à linge bien chargée (y a que dans ma chambre où, quand il pleut dehors, ça mouille dedans…) et pi des p’tits trucs de bien faible volume… trente ou quarante, no mas…

Mais je l’aime bien ma chambre… quand on y rentre, on ne sait jamais si j’y suis ! il m’est même déjà arrivé de faire croire à tout le monde que je suis partie à l’école alors que je suis restée bien au chaud une matinée d’hiver… quelques délicieuses heures de sommeil avant que ne vienne ma chère Kenza pour me filer ses cahiers… elle n’avait jamais copié les cours, je le faisais à sa place… pas étonnant qu’elle l’ait fait pour moi aussi…

Je vous arrête de suite : un pied bot, un nez crochu nature et de petites fesses à peine charnus… où voulez-vous que je l’aie cette raclée ? j’ai à peine eu droit à un : « li fik mkefik ! » mais ça ne m’a nullement complexée… je vis mes handicaps de la façon la plus sportive qui soit !

Parenthèse fermée.

Ch3aybia marque une pause le temps de respirer un coup et c’est là que j’interviens pour desserrer ma mâchoire avant qu’elle ne reprenne ses incantations amazigh livrées à une vitesse supersonique :

« hmm… Ch3aybia je suis désolée de t’avoir pris ta chambre ! je ne voudrais pas m’imposer ! »

« awiiiiiiiiiiiiiiiiiiiili khti Qout Lqouloub ! ne dis jamais ça ! t’es comme ma grande sœur dorénavant, et puis j’adore dormir dans la chambre de grand-mère, ça me rappelle quand j’étais enfant ! »

« Attends Ch3aybia mais t’es toujours enfant ! t’as quel âge ? alors comme ça Dada Hlima est ta grand-mère ? »

« j’ai 16 ans et 7 mois ! Grand-mère s’est mariée à 12 ans, elle ! elle n’a eu que ma mère qui n’a eu que moi… mes parents sont morts lors du pèlerinage il y a 2 ans, et depuis je vis avec elle ici. »

« et l’école alors ? »

« khaaa ! 3zizi Nabil a tout essayé, mais rien ! moi je veux devenir chanteuse mais Dada refuse ! alors en attendant que je me marie ou que je me rebelle, je l’aide au ménage et j’apprends la broderies chez lhaja Mina la femme du traiteur. Et toi t’as quel âge ? »

« 25 ans. »

Et là la tite jeunette part d’un rire pour le moins irritant… pourquoi ? qu’ai-je dit de si drôle ? je lui ai pas dit qu’elle ressemblait à un ourson brun moi par exemple !

Allez Qout, elle t’a gentiment prêté sa chambre… pi depuis le temps, qu’on te traite de chétive, de fragile, de malade, de cachectique, de rachitique, de flétrie, d’exsangue, de terreuse, de blafarde… ben…

Zut, ça fait toujours mal !

Tiens par contre, il m’a bien semblé hier qu’il y avait au moins 5 chambres dans la maison, pourquoi alors déloger Ch3aybia ?

Attends, mais c’est clair : pour me garder sous surveillance ! Nabil n’a-t-il pas dit que Dada Hlima était jalouse ? il se pourrait après tout qu’elle en soit amoureuse aussi, comme dans cette sorte d’attirance malsaine des mamans pour leurs rejetons mâles ! ou comme la sœur de l’aveugle dans ce bouquin de Benjelloun ! ça me fend le cœur rien qu’à l’imaginer donner le sein ramollo à mon beau Nabil… même en string et porte-jarretelles j’arrive pas à la trouver sexy ! mais bon, l’égout et les couleurs…

Purée, il faut que je me surveille dorénavant, sinon je me fais empoisonner par les deux folles là… sait-on jamais ce qui peut se passer ! fallait laisser mon adresse à quelqu’un, ne serait-ce qu’à j3ayba ! c’est vrai qu’il empeste le fauve, qu’il risque de faire duo avec Ch3aybia et qu’on ne sait jamais quand est-ce qu’il va me transformer en projectile, mais c’est toujours mieux que de cohabiter avec Raya et Skina (Cf . mythologie égyptienne), et un beau gosse amateur de seins flapis…

Hein ? paranos vous-même ! lli khaf nja !

Je n’ai pas intérêt à essayer de changer de chambre, par contre je dois absolument chercher à me connecter ! il faut que je joigne Kenza avant de passer au Moulinex !

Pas la peine de vous décrire mon angoisse sur table… même sans poison, elles ont presque réussi à me tuer rien qu’en me gavant le bide ! j’ai du manger comme durant mes 25 ans, au point d’en attraper la crève et là j’ai du jaune d’œuf qui me sort des pupilles !

Pitié Nabil ! où es-tu ?

Et puis les regards de Dada Hlima sont bizarres ! Depuis qu’elle m’a surprise en train de lui reluquer le postérieur, elle est aux aguets… hmm, forcément parce qu’elle a dû me soupçonner un certain 6ème sens… c’est que sa démarche est impressionnante ! elle se dandine d’une manière très suggestive que je ne réussirai probablement jamais du fait de la faible teneur de mes parties charnues en graisse animale ! elle doit certainement porter des machins métalliques comme les strings fendus de Kenza…

Ma conviction qu’il se passe quelque chose de louche dans cette demeure se renforce à la vue d’un bocal de scarabées formolisés que sort ch3aybia de la chambre jouxtant celle de Nabil… quand elle en sort la deuxième fois, elle a un plateau rempli de bougies consumées dans les bras !

Bref, si ce n’est que la sorcellerie on s’en fout parce que j’y crois pas ! moi, tant qu’ils ne cherchent pas à sacrifier une vierge en l’empalant à la verticale, ils peuvent tout tenter… de toute façon je peux pas devenir pire…

Soudain, un silence funeste soustrait tout signe de vie autour de moi… une odeur singulière infiltre mes bronches et mes mains deviennent tellement moites que j’ai l’impression de perdre mon sang sans m’en apercevoir…

Je suis sujette au déferlement hallucinogène dans ma chambre quand j’entends Ch3aybia débuter une sérénade :

« jibouha ou jibouha ! Jibou lkafra bellah… »

Waaayli !

C’est de moi que ça s’agit ?



{juillet 17, 2008}   Cute fi 3ar llah!!

Le paradis a un toit violet !

En voilà une surprise… et moi qui pensais qu’on allait purger l’éternité en plein air sous un ciel bleu et un soleil éclatant…

Ma tête me fait mal… je lui sens une hargne intense contre le reste de mon corps… elle s’en va dédaigneuse à contre sens de mon équilibre me livrant à un tournis désagréable dés que je tente de décoller le hachis de mes muscles de ce plan moelleux qui me recueille maternellement…

Dans un effort monstre, mes paupières se séparent pour me laisser déverser un regard louche sur le décor céleste… un mobilier IKEA et des couleurs chatoyantes !! Décidément, ce qu’il y a comme lolitas chez les anges ! surtout avec le poster de Jude law à moitié nu qui occupe la moitié du mur… pas étonnant qu’il soit l’objet des fantasmes des anges aussi…

Sa tablette de chocolat huilée luit par endroit et ça fait comme des tâches lumineuses qui montrent là où il faut cliquer…

Je tends ma main directement pour cliquer sur le nombril dans un état de lucidité vaporeuse mais je ne touche rien…

Ce n’est qu’un moment plus tard que je comprends que de l’autre côté, un carré de lumière se voile la face par de fines bandelettes d’organza fuchsia brodées et trouées juste là où il faut pour rendre Jude Law encore plus appétissant…

Alors si je suis bien au paradis, ce balcon là s’ouvrira sur l’Eden promis depuis des siècles de vie…

Je me lève alors et me traîne d’un pas démesuré jusqu’à la fenêtre, l’émotion assommée par la douleur et la raison obnubilée… et j’écarte le rideau fuchsia…

Des voitures au paradis ? pffff je veux visiter l’enfer !!

Bon ça va, je sais que je suis dans l’appartement de Nabil mais ma cervelle encore ivre des tumultes de la matinée refuse de dessoûler d’un trait… le réveil reviendrait à me livrer à une réalité crue que j’arrive pas encore à digérer…

Trop de métaphores sur la bouffe !! Je meurs de faim !!

Je reviens plonger dans les draps soyeux qui sentent la fleur d’oranger pour mieux cogiter… la tête en position verticale ne m’est pas de bon conseil en ce moment…

De toute façon je n’oserais pas mettre le nez dehors, timide comme je suis… sans parler de mon petit esprit paranoïde qui me projette un vieux film de jeune ingénue exploitée par un organisme du crime, vendue en chair fraîche (quoique…) à un cannibale milliardaire ayant payé pour ma moelle osseuse et un tambour fait de la peau de mes fesses… ou en fausse blanche préparée à l’offrande au soleil dans un temple zoulou ! Ce n’est pas que l’idée que Nabil soit de ces proxénètes de luxe ne m’ait pas traversé l’esprit, mais il faut dire qu’il pourrait mieux se débrouiller en matière de femmes si c’en était un… pour son intérêt en tout cas !

Je préfère rester là dans la sécurité douillette de ce lit de dimensions vicieuses, victime de mes tergiversations et ma procrastination chronique au risque de crever la dalle…

123, 124 ; 125, 126 papillons sur l’étoffe du drap qui me couvre et pas une présence n’est venue gâcher ma solitude… Nabil doit certainement penser que je dors encore et que je vais me manifester dès que je me lève de mon absence infligée par cet assommoir de J3ayba…

Ce qu’il peut être trop poli des fois ! J’en ai l’estomac qui gargouille !!

Soudain me parvient une voix du couloir chantonnant un air bienheureux qui à mes oreilles équivaut la mélodie du bonheur !!

Une voix de jeune fille espiègle qui, dans un aigu strident, s’égosille :

« A latif, A latif A latif ! Allah ya sidi lm7eba machi bessif !! »

Et comment ! J’approuve ! On ne force pas ses sentiments ! Rien que vient frapper à ma porte pour me délivrer de ma prison volontaire !

Mais elle n’en fait rien ! Elle enchaîne avec un :

« 9eftanek me7loul ya lallaaaa»

Ou encore :

«3jebni zine ana be nekhwa ! »

Punaise ! et la mélodie de mes intestins demeure sourde ! La mélomane devrait, elle, avoir le ventre plein pour dédier généreusement son talent et faire le tour de son registre musical!

«  tel3i fo9 lmida ou chet7i bel9a3ida »

O misère ! Maintenant elle s’adonne à une séance artistique de claquettes marocaines qui me projette dans un état de détresse ! La jeune fille paraît avoir plongé dans un état tiers qui ne prendra pas fin avant moi !!

Soudain une deuxième voix se fait entendre, plus enrouée par des va-et-vient d’air à travers une gorge mûre à ce qu’il paraît… elle hèle la jeune écervelée d’un ton sévère :

«  Ch3aybia baraka ! »

Par ce simple miracle, les claquettes s’arrêtent mais un youyou hystérique clôture la transe de Ch3aybia avant qu’elle ne batte en retraite dans un silence absolu !!

Je ne voudrais pas rester seule avec cette Ch3aybia ! Dés que je vois Nabil je lui demande de me transférer de ce pavillon !!

Deux coups à la porte me téléportent aussitôt derrière la porte ! Si c’est Ch3aybia alors non merci ! Je préfère crever de faim que de périr au gré de Samaoui !

Ah ! La voix enrouée toussote… enfin du secours !

Je m’arrange un peu les cheveux qui sont en éternel duel contre la ma tendance mode ! Ils se rebellent quand je les veux lisses et tombent raplapla quand je m’escrime à les boucler… et puis ce qu’on s’en fout ! J’ouvre la porte…

Dada Hlima…

Il lui faut une nouvelle à elle seule ! Je ne sais pas qui a écrit ce bouquin intitulé «  chaque femme est un roman »… s’il avait vu Dada Hlima, il en aurait rempli une bibliothèque… l’opulence de Dada Hlima devrait y être pour quelque chose mais ça n’est qu’un détail ! Imaginez !!

Dada Hlima a un visage à mille traits… je ne sais comment le décrire mais on peut voir sur son visage raviné se tracer diverses expressions à la fois ! En même temps, on pourrait y lire sa compassion envers la folie de Ch3aybia, son appréhension quant à ma présence à la maison, son inquiétude pour le retard de Nabil, sa colère contre Hmad qui n’a pas ramené la bouteille de gaz à temps laissant ainsi descendre son cake… on pourrait même savoir s’il s’agit d’un cake au chocolat ou aux fruits secs, tellement sont sincères les traits et sillons creusant la face de la bonne vieille dame !!

Dada Hlima ! je crois que je vais aimer cette femme !

Je dois avoir l’air d’un chiot mouillé un jour de tempête parce que le regard de la bonne vieille femme me renvoie l’expression de sa profonde douleur à la vue de mon petit corps frêle et ma petite langue sèche qui pendouille de faim…

On dirait qu’elle s’apprête à me prendre dans ses bras quand elle me lance très maternellement d’une voix gorgée de compassion :

« Tu manges les gombos ? »

« Hein ? »

« Tu connais les gombos ? »

Je ne sais pas si vous pouvez décrire gestuellement un légume mais Dada Hlima le fait ! Elle me dessine une sorte de cône épineux pour désigner lmloukhia ! Comme quoi les légumes c’est vous… et moi de même je l’entends bien !

A quoi bon lui expliquer que sa question discordait avec son expression faciale ! Elle risque de me prendre pour membre de jury dans un star-system et je me verrai persécutée par le talent de ch3aybia…

J’acquiesce tout bonnement avec reconnaissance que les mots ne sauraient drainer…

Elle me regarde un moment avec une certaine inquiétude puis me tend des serviettes propres, me montre mes valises déposées devant l’armoire, puis m’indique la salle de bain… inutile de vous dire qu’elle ne parle plus et qu’elle a définitivement adopté le langage des signes comme mode de communication officiel entre nous deux… aussi bien que lorsque je lui marmotte un merci timide elle me répond d’un geste standard qui pourrait signifier : baraka, la ferme, je t’emmerde… c’est selon le contexte et l’actuel de mon cas m’emplit tout juste de gratitude.

On dirait que je suis à la parfumerie de Hassan au Maarif !

Je compte là au moins une vingtaine de marques de shampooing pour tout les types de cheveux, des plus gras aux plus rêches… moi je n’ai pas la tignasse touffue et ce n’ai pas un shampooing qu’il me faut pour rendre mes tiffes moins ternes… bref je prends un flacon standard pour me frictionner le crâne…

Cette nuit dans les Chonzélysé me donne des démangeaisons partout… ce n’est sûrement que mon imagination qui me fait percevoir sur mon front le parcours d’un bataillon de poux bruns… je l’espère vivement car si je mène cette guerre je perds mon territoire chevelu pour au moins quelques mois…

Je sais pas pour vous mais moi j’adore les bulles… j’essaie au moins une dizaine de flacons de bain moussant, de gels et de huiles de douche, de boules fondantes dans l’eau de la baignoire !

J’en perds la notion de temps tellement ça me fait du bien… rien de mieux qu’un bon bain dans une ambiance échogène avec comme musique de fond un titre de Ch3aybia, des plus illustres :

« mine ana ou mine nta ahya wine… »

En sortant de la douche je prends le temps de scruter un peu le décor… je n’ai pas fréquenté la haute moi mais, à part Dada Hlima et la folle Ch3aybia qui ne semblent pas correspondre au profil domestique de haute envergure, tout semble crier fortune !!

De la décoration fine, des tableaux dont je ne voudrais pas connaître les auteurs et des lumières bien agencées au décor pour prêter relief et éclat à ce qui en manque… mais avec tout cette opulence il y a comme un p’tit truc très humain, un air agréable qui règne dans la maison… c’est peut être lmloukhia ! que sais –je ?

La chambre qu’on me prête est celle d’une adolescente… avec ses coloris criards, sa déco tendance et son parfum de vanille, on ne s’y trompe pas…

Peut être la petite sœur de mon Nabil, quoiqu’il ne m’ait jamais parlé de sa sœur…

Ceci me ramène à l’esprit une réalité que je semble ignorer depuis un moment : cet homme je ne le connais pas ! Un parfait étranger ! Un pseudo sur le net, un joueur de scrabble aussi irréel qu’un personnage de film dont le scénario pourrait être monté de toute pièce… et rebelote la paranoïa !!

Je me rends compte soudain que je suis exactement aussi inconnue pour lui qu’il ne l’est pour moi ! Je pourrais être une voleuse ou une psychopathe qui va lui en faire voir de toutes les couleurs ! Mais lui a eu confiance en moi alors pourquoi ne pas lui accorder la mienne… ma confiance… et ma main… jusqu’à ce que la mort nous sépare…

Allez ! si j’avais été parano j’aurais imaginé que tout se passe selon le cheminement logique étudié et tracé depuis des mois par Kenza et Nabil et que je suis tombée dans leur piège comme une bleue et que tout ça visait à me faire intégrer leur organisme du crime… d’ailleurs comment se fait-il que Kenza ne m’appelle pas alors que, d’habitude, elle ne passe pas un jour sans me contacter ? et comme par hasard Nabil me contacte sur Facebook puis demande à avoir mon numéro en ce moment même ??!!

Mais bon, je ne suis pas parano du tout et donc aucune idée saugrenue du genre ne m’a effleuré l’esprit ! Non mais !

Je mets ma plus belle robe qui me donne toujours cet air de petite fillette précoce mais je ne tends pas à séduire le beau Nabil… juste ne pas le rebuter…

En sortant de la chambre je suis mon odorat aiguisé par une faim dévastatrice pour me retrouver devant la cuisine…

Je frappe à la porte… un deux coups avant d’entendre Dada Hlima me permettre de rentrer dans un gémissement incompréhensible…

Wah ! la cuisine luit de mille éclats ! Les couverts, le cristal, les lumières, le réfrigérateur… tout brille en contraste avec les lumières tamisées du couloir…

A l’intérieur Dada Hlima me reçoit d’un sourire silencieux… l’autre, certainement Ch3aybia, ne se retourne pas même quand je balbutie un Salamo 3alaykom… Un MP4 dans la main elle bouge la tête frénétiquement avec sur la face une expression mortifiée que je découvre quand elle se retourne dans une danse de circonstance… elle chante :

«  ya mi ma tbkich, hada houa mektabi ! »

Dès qu’elle m’aperçoit son expression change, un gros sourire lui fend le visage et elle s’élance vers moi une poêle à la main !

Elle ne doit pas avoir plus de 18 ans et c’est une tonne de pêche et d’espièglerie ! Toute jolie et fraîche !

Elle entame à peine un salamalec marocain habituel quand on entend siffloter le mâle… je me retourne au ralenti pour enregistrer de lui chaque cliché…

Même dans mon état je me rends compte que Ch3aybia aussi se la ferme et se retourne vers l’entrée de la cuisine…

Et il entre…

Et soudain tout devient pâlichon et fade, confronté de son éclat… c’est tout simplement injuste qu’un homme soit aussi beau… et qu’un sourire fasse à la fois autant de bien que de mal…

J’étouffe au fond de ma gorge ce gémissement de femme que j’ai des fois à la vue de l’Homme… j’y arrive tant bien que mal…

Ch3aybia, elle, ne dit rien, ne gémit pas… elle détourne aussitôt le visage pour plonger dans sa vaisselle… mais sans s’empêcher de lancer dans un soupir un :

« Touh touh ! »

………………………………

Le dîner on le prend tous les quatre dans la salle à manger sans trop parler parce que Dada Hlima veut entendre le bruit de sa prothèse mandibulaire lors du mâchouillement !

Non mais c’est sérieux… elle nous rapporte que depuis un petit moment, qui peut remonter à l’hégire, elle sent des claquement au niveau de son articulation… on se soumet donc au silence rien pour les dents de Dada Hlima !

J’ai hâte de rester seule avec Nabil un peu mais Dada Hlima et l’autre folle, en bonnes hôtesses ne nous lâchent pas un instant…

Alors Nabil me lance gentiment :

« Tu veux dormir Qout Lqouloub ? »

Je vois dans les yeux des deux femmes que j’ai intérêt à dire oui… il me revient ce que Nabil a dit à propos de la jalousie de Dada Hlima à l’égard des filles qu’il fréquente mais en ce moment je crois plutôt que les deux femmes ont assez de jouer les parfaites hôtesses… enfin j’espère !

Je dis alors :

« oui, je suis un peu fatiguée… »

« rhaaaa j’avais espoir que tu te sois reposée pour que je te batte encore une fois au scrabble ! »

O misère ! On aurait pu veiller toute la soirée comme on faisait sur le net ! Mais bon, je n’oserais pas rester seule avec lui n’importe comment… ça me coûterait la vie…

« Tu ne m’as jamais battue Nabil… » dis-je bêtement…

« Euh c’est vrai ce mensonge ? Je le ferai demain alors ! »

Et il me gratifie de ce sourire… si beau que je l’en remercie !

Mais lui ne le comprend pas et me répond :

«  Ne me remercie pour rien, un jour tu me revaudras ça ! »

…………………….

Ce soir sur ce lit si grand je rêverai d’amour et j’oublierai mes problèmes… je ne peux m’empêcher d’aspirer au lendemain rosé dans ce lit aux 126 papillons…

Soudain je ressens sa présence !!!

Il n’est pas loin ! Tout prêt de mes pieds ! Je le sens empaumer mes pieds froids puis glisser les mains le long de mes jambes ! Doucement et suavement mais vigoureusement, il me cloue au lit ! Il monte par mes cuisses et, plus en haut, appuie sur mon ventre et ma poitrine !!! Et bientôt il m’écrase tout le corps sous son poids…

Il me caresse le visage, me ferme les yeux…

Et je me laisse couler dans les bras de Morphée….

Bande de tordus!



{juin 11, 2008}   Dame Providence…
Je comptais mettre une autre chanson au fait ! La mélodie me parlait d’amour et de cœurs volants mais j’ai découvert que ça parlait des espas d’un clochard mort à New York, je me suis dit alors que je la garderai pour une autre circonstance…
Alors, cet Apollon qui me surplombe du sommet de sa stature est mon sauveur !!! J’en ai presque envie de monter le Cheval… avec lui ! (oui c’est un bel étalon mais je parlais d’un vrai cheval) pour qu’il m’emmène pour des courses sur les plaines étendues et vertes de jalousie de mon compagnon… Il est beau comme un dieu !!!
J’en ai envie de voler comme un papillon !
Quoi ? J’exagère ? Ok comme une sauterelle alors ! Merci de me rappeler que les moyens physiques dont je dispose ne me permettent pas plus que ça… et encore !
Viens !!! Oui viens épater les paires d’yeux qui louchent sur ta caisse métallisée… elle n’aurait aucune difficulté à rouler sur ces esprits plats sans reliefs…
« Cutyyyy ! ‘fin ma p’tite ! Mais qu’est ce que t’es minuscule poussinette !!! »
Mon dieu sa voix me transporte dans une dimension oblique à la réalité… il pourrait me dire que je suis le monstre de Frankenstein ça n’enlèverait rien au charme de son timbre ensorcelant…
«  Oui, suis petite… »
Je parle !! Je paaarle ! Merci mon dieu ! Je ne divulgue pas des vérités cosmiques mais j’arrive toujours à en placer une, ce qui n’est pas mal du tout ! moi qui me croyais confinée au silence éternel à la vue de ce Dieu !
Ce mec !!! Il m’en bouche un coin… Et où va le monde si je n’ai pas la liberté de dire dans Mon journal que j’aimerais qu’il m’en bouche plus qu’un…
« hehehe ! Oui j’ai vu ça Cuty, alors ce sont là toutes tes affaires ? »
Je me retourne vers mes 2 valises – 3 cartons qui emballent amèrement mes 25 ans et l’histoire fade d’une comparse sur sa propre scène…
« Oui tout y est… »
Même le sachet en plastique qui trône sur les reliquats de mon passé n’est pas mien… mais à celle qui a toujours été vedette sous les lumières de mon existence…
Je me rends compte soudain que les yeux rivés sur mon prince et moi se sont décuplés rapidement !
J3ayba, 25 pommes, Colosse, Omar pas Chérif, quelques garnements et de bonnes femmes de passage, les flâneurs du café pouilleux, et même Blondasse et consoeurs…
Vaut mieux que je me taille avant qu’elle ne vienne chercher sa clé dans la voiture de mon Nabil !
Franchement ! S’il suffisait de balayer l’assistance du regard pour épousseter le paysage !!!
Nabil prend mes valises tandis que je m’affaire à tirer les cartons jusqu’au coffre…
Encore là, un geste J3aybesque des plus braves achève de me ramollir le cœur… La star porte mes cartons un à un sur ses épaules frêles luttant contre la fragilité de son squelette spongieux séquellaire de ses addictions et de sa misère…
Je ne sais pas comment réagir à son geste chevaleresque… Nabil lui file de gros billets au pauvre homme au cœur d’or…
Avant de monter dans la voiture je jette un dernier coup d’œil aux autres… 25 pommes qui me gratifie une dernière fois de son rire « or et argent » sincèrement hypocrite… Colosse crachant sur le sol, certainement enragé de ne pas avoir pu extirper plus de sous à la poulette aux œufs d’or et puis Omar chérif retrouvant soudain sa mine « tout sourire, tout douceur, fleurs, cœurs, senteurs de printemps, regard matador » ! Décidemment le mec carbure aux pièces comme ses machines !!!
J3ayba lui est toujours à côté… majestueusement silencieux s’attendant certainement à la médaille de la légion d’honneur que je ne peux lui refuser… un baiser ? Non sérieusement je ne pourrais pas !
De l’argent il en a eu et les « Merci » nus dont je devrais le couvrir ne torchonneraient pas la noblesse du va-nu-pied…
Je m’avance alors vers lui et balbutie, confuse :
«  Chokrane j3ayba, que de dieu te bénisse (je veux bien ajouter un « que dieu multiplie tes semblables » bien de chez nous mais je ne le pense tout de même pas, attendez !!)… qu’est ce que je peux faire pour toi ? »
Et je n’attends même pas deux secondes pour un :
«  borokinakaaanokiiiiii denya hedelvaaaalokiiiii !!! »
Ou arak l’ nahé nahé ou encore mohabadiii et l’hilarité générale et le fou rire incrédule du beau Nabil !!!!
Décidemment : avec les fluctuations de mes humeurs comme des situations où j’ai le chic de me fourrer, entre collapsus de bonheur et pic de stress, je crois que je vais mourir jeune ! Et allez chercher quelqu’un pour vous terminer cette maudite nouvelle !
On attend un tit moment pour ne pas couper l’élan créateur de la star qui s’adonne à une chorégraphie impressionnante d’agilité et de passion !
Bientôt la choré commence à s’éterniser et Nabil l’incrédule piquant un fou rire, ô combien subjuguant, se tient maintenant tranquillement à observer l’assistance avec le sourire indulgent et patient…
J3ayba me tire soudain pour m’entraîner dans un « tikchbila » vertigineux sous les encouragements machiavéliques d’une assistance qui se marre et la protestation polie de Nabil!!!
Le pire ??? C’est qu’en virevoltant de joie, il ne cesse de débiter la mélodie du bonheur Pardi ! Et à un mètre de mon ravisseur caquetant ses incantations hindous je peux vous dire que ça Postillonne !!!
Sacrebleu ! Cette haleine pain-sauce-thé-thon-extracolle-tartre-orangepiquéeaumarchandambulant-poischiche-eaudevie-sucreblancfermentéacidulé ! Quelle fragrance ! A la façon Brel je dirais que Feu YSL est mort de n’avoir pas pu la trouver… ou peut être que si finalement !!!
Je suis prise au dépourvu et je ne réalise que j’ai le tournis que lorsque les mains moites et grasses de J3aybate laissent filer les miennes, me projetant hors de son orbite, sur le trottoir…
Entre nous des égratignures de plus ou de moins, qu’est ce que ça pourrait bien changer ! Je pourrais même y laisser des dents personne ne remarquerait !
Mais la Providence s’en doute !!
C’est qui cette Providence déjà ? J’aimerais bien faire connaissance avec cette sacrée dame moi ! Parce que depuis un peu moins de 25 ans (très peu moins) j’ai comme l’impression qu’elle a une dent contre moi… même tout un dentier je dirais ! Et je ne voudrais pas faire ma grande gueule mais je lui casserais bien sa gueule de…
Ok je la ferme !
Faut me comprendre mes amis parce que tomber 5 mètres plus loin et se fouler une cheville c’est tout de même gérable et l’on peut toujours se lancer dans une crise de larmes qui finirait, tant bien que mal (très mal dans mon cas), par attirer quelque compassion… mais la Providence s’en doute encore je vous dis !
Il a fallu que je garde ce maudit sachet avec moi… et en tournant…
Allez y je vous laisse imaginer… vous ne devez pas être pire que l’assistance qui me regarde prendre mon envol :
Mon sac de Mika, ZE sac en plastique qui glisse de ma main droite plutôt gauche (ma main gauche n’est pas plus adroite), qui éjacule son contenu en l’air puis s’effondre anéanti comme une bourse vide…
En matière de couleurs ou de formes, je sais que Blondasse and Co et les mâles-heureux qui regardent ne sont ni choqués ni déçus ! Faut dire qu’il y en avait pour une jolie petite somme de lingerie là dedans et que Kenza aime la finesse propre et figurée…
Je sais oui mais j’ai rien vu :
Une boule de geisha me brouille la vue quand elle vient embrasser mon arcade sourcilière droite… je sais pas laquelle c’est car Kenza en a de tailles diverses… Mais je crois que Dame Providence m’a gâtée de la plus grosse !
Jusque là je peux toujours me lancer dans ma crise de larmes, les boules de geisha n’étant pas une spécificité locale, et détourner l’attention du contenu de mon sac en plastique partiellement pillé par Blondasse and Co… les beaux yeux effarés de Nabil me paralysent un moment… et voilà que l’occasion de m’en tirer me passe sous le nez…
Une explosion de rire et de cris à ma droite détourne son regard du mien et moi-même je m’efforce à essayer de percevoir l’objet de ce brouhaha…
Ô misère ! Ô infortune !
Avant d’en dire plus, il m’est indispensable de préciser deux petits points noirs :
Primo : Kenza a des vibromasseurs plutôt chics, avec des formes pliables et des étuis métallisés… son travail dans l’industrie du film oblige !
Mais Ça ! Le truc qu’elle me balançait tout le temps au nez pour me faire peur… ce Bidule rudement suggestif, gros et hirsute couleur brun maure, elle l’avait certainement acheté pour cette circonstance particulière… encore un coup arrangé par Dame Providence : et quel coup de Garce !!!
Et deuxio : les mioches et moi c’est tout un chapitre ! Avec mon p’tit corps frêle d’adolescente impubère je ne passe jamais inaperçue chez le règne garnement… un coup de pierre par ci, des insultes par là j’y ai survécu… mais ça c’est une autre histoire !
Je suis en train d’en parler parce que justement ce bidule hirsute, c’est un petit ébouriffé qui l’a chopé ! Et si les autres vibros de Kenza n’ont pas suscité le moindre doute, Bidule, lui, s’exhibe fièrement au garde-à-vous !
Petit ébouriffé, découvrant l’impact de sa trouvaille sur l’assistance, s’élance dans une course ou plutôt un pèlerinage autour de la place, escorté de sa cohorte de va-nu-pied mal coiffés criant à s’en écorcher les cordes vocales, secouant Bidule très haut…
Je suis pas parano… Je sais que s’ils rigolent c’est parce qu’il trouvent Bidule trop grand pour moi… ils se demandent certainement comment je fais… y a même Colosse qui médite en me mesurant du regard, se demandant s’il a raté une perle en plus de l’or…
Bref ! La honte je connais mais j’arrive pas tout à fait à m’y faire… ça viendra vous diriez et je répondrais : merci !
Non sérieux : pourquoi je ne perds jamais connaissance ? Enfin, quand il le faut ? Parce que j’ai déjà perdu connaissance voyons !! Le premier jour de la Fac… ma première (et ma dernière) réunion en tant qu’assistante de direction… pendant le mariage de ma sœur quand maman m’a demandé de monter sur l’3emaria avant la fête pour me dénicher un mari dans ce mariage… une fête que j’ai ratée quand je suis tombée alors qu’on m’avait à peine soulevée (Avec mon poids de plume, on n’en a pas eu besoin pour m’éjecter pardessus bord !). Maman m’en a voulu longtemps de lui faire rater le début de la réception puisqu’elle m’avait accompagné à l’hôpital… elle n’a eu aucun remord à me laisser passer la nuit avec comme chevalier servant Ba Hmed l’infirmier de nuit…
Non mais Réveille toi Cute ! Tu es bien consciente et tu dois fuir avec ton prince loin de ces villageois sauvages !
Nari j’ai des apparitions de Robin des bois dans ma tête !! Y a même Bagera sacrebleu !!! Non juste un chat noir…
Et pi Za9zou9 qui n’arrête pas son cri strident et 7achour qui ricane malicieusement… fi lghabati lkhadra2 !
Sounboul !
X-OR le Shérif de l’espace !
C’est quoi cette boule de geisha à effet hallucinogène !!!!
Et là le miracle se produit !
Je sens la main magique qui vient me fermer les yeux et m’embrumer le cerveau…
Je perds connaissance…


{mai 28, 2008}   ……..

……………………………..



{avril 22, 2008}   L….O….V….E

Casa, ce soir, me paraît plus lumineuse que Paris… Nabil éclaire ma nuit d’espoir…

Cet homme là je ne le connais pas mais j’accepterai son aide sans mot dire… Non sans maudire la vie injuste et «Les chonsélysée »…

Devant la porte de la pension, « 25 pommes » se cure le nez de la façon la plus sexy possible ! Une chemise, qui manque d’un bouton, laisse paraître son torse jusqu’au nombril… suis navrée mais je suis très raciste envers les petits de taille n’étant moi-même pas très grande, pas comme Kenza… les pans de la supposée chemise lui cachent les genoux et l’on ne le voit debout que sur un seul pied, le deuxième étant appuyé contre le mur, lui servant de support pour sa carrure impressionnante…

En m’apercevant m’approcher de la porte, il relève un sourcil méprisant en transperçant du regard ma mine défaite et ma veste tachetée… il ne me parle pas mais n’omet pas de me signifier un certain dégoût que mon œil entraîné ne risque pas de rater… Il s’est vu, non mais ??!!

Je pratique alors un regard qui en dit long sur mon mépris vis-à-vis des gros gras gris greffons rejetés… il détourne alors le regard !! On se comprend bien entre moches !!

Je demande la clé de ma chambre alors il me sourit timidement et me dit :

« Vous passez la nuit ici MADMOIZEL ? »

J’ai comme l’impression qu’on a plus de respect pour les « belles de nuit » que pour petites moustiques inoffensives… il y a de quoi me diriez-vous !

« Ça peut paraître curieux mais c’est bien dans cet intention là que j’ai quémandé votre hospitalité ! »

Et le 25 pommes pouffe de rire et c’est tellement gerbant que j’en ai la nausée !

« S’il vous plaît je voudrais ma clé. J’attends un coup de fil et j’ai laissé mon téléphone dans ma chambre… »

Il me passe la clé en m’adressant un sourire à moitié édenté, moitié or et argent qui achève de me nuire :

« Tenez voilà la clé… vous voulez la serrure ? »

« Hein ??!! »

« MADMOIZEL n’a pas le sens de l’humour ! » continue-t-il en gloussant…

« C’est la vie vous savez … et côté sens, je me passerai même d’ouie et de vision en ce moment… »

« Hein ??!! »

Si j’ai pas d’humour, j’espère au moins avoir assez de répartie pour lui clouer le bec au spécimen! Mais a-t-il, lui, assez de neurones dans sa matrice cérébrale ? Cute la méchante !!

Je m’en fous ! Nabil m’appelle, Nabil m’appelle !

Je m’en vais à ma chambre le cœur battant qui symphonise et l’âme légère, l’espoir follet et la tête en l’air !! Et je poétise et je néologise !!

Ma joie s’achève à ma porte quand celle-ci refuse de s’ouvrir… la clé fonctionne mais en poussant la porte j’ai l’impression que c’est cimenté… j’essaie de pousser à maintes reprises mais en vain… Commence alors l’angoisse à me contracter le cœur… il s’en suit souvent une attaque de panique !!!

Mon téléphone est dans le sac ! ô misère !

Je vais paniquer ! Je vais paniquer ! Je vais paniquer ! Je vais pas niquer ! Hein ?? C’est bon je panique déjà…

La chamade s’arrête d’un coup quand j’entends retentir ma sonnerie de portable : allo maman bobo ! Maman comment tu m’as fait, suis pas beau…

Je tape à la porte, je la pousse, je crie au secours pendant que la chansonnette me fait perdre la tête, puis s’arrête…

C’est bon c’est le collapsus… l’espoir s’éboule sous mes pieds et je m’écroule… Ici gît la poisse… je veux une pierre tombale en marbre noir et des lettres grises…

Je me demande qu’est ce que je vais porter ce soir pour ma première soirée de taf… ma veste est sale et peu sexy…

Le téléphone se remet à sonner une deuxième fois !

Je cours alors héler 25 pommes qui vient en courant à petit pas mais je ne peux lui en vouloir… il fait son possible avec ses moyens… où est donc passé Colosse !!!

La sonnerie s’arrête au moment où le Popeye introduit son outil dans le trou… Mais sans réussir à défoncer… pauvre homme…

Mon désespoir s’approprie mes entrailles et je m’assoie à nouveau par terre noyant mon regard dans la saleté du sol… mes larmes lavent le granitos noir d’un historique de poussière et créent un marécage de boue et de tristesse…

La voix de 25 pommes qui tempête m’agace mais je ne dis rien… j’ai le cœur meurtri et l’espoir éteint… Nabil a appelé comme promis, je ne peux donc pas lui en vouloir de m’abandonner à mon sort… même s’il n’avait pour moi qu’une oreille attentive j’aurais aimé en profiter et lui conter mes malheurs…

« Allo maman bobo….. »

Mon cœur se contracte d’un coup et je me lève d’un saut pour tambouriner la porte de mes coups frêles !! Je refuse de laisser tomber !! Nabil ne me laisse pas tomber lui !

La porte cède soudain d’une facilité déconcertante !!!

Au fait non ! Plutôt avec l’aide de Colosse… qui sort de l’intérieur… suivi d’une blondasse aux rondeurs qui dépassent et le chewing-gum qui bulle…

Elle me regarde en se gardant de  me rire en plein visage et lance un :

« Désolée j’ai perdu la clé de ma chambre… »

Quand l’adolescent me tend le portable je me jette dessus et réponds sans attendre :

« Nabiiil !!! »

« Hehehe, oui ma belle ! T’étais sous la douche ? »

« Attends une seconde, une seule !! »

« J’aaaatteeeendraiiii !!! »

Il rigole ! Et j’ai presque envie de chanter avec lui tellement la joie déferle d’un coup… mais avant ça, j’arme mon regard de toute la haine contre la gent prostituée, les pensions de passes et les adolescents, et je les incendie d’un regard serial killer : je vous méprise petite gent ! Je vous tuerai si je le pouvais… et je leur claque la porte en pleine figure, ce qui ne manque pas de déclencher leur fou-rire les scélérats !!!

« Allo Nabil, excuse moi ! J’ai pas réussi à ouvrir la porte ! J’avais tellement peur que tu te lasses d’appeler… »

Faut que j’apprenne à maîtriser mon angoisse, parce qu’à force de paniquer mon organe en pâtit… mon cerveau…

« Calme toi ma p’tite Cute ! Je t’aurais appelée jusqu’au petit matin s’il le fallait alors respire et raconte moi ce qui se passe ! »

«  Je veux pas te déranger tu sais ? »

« Ok, bon ben passe une bonne nuit ! »

« Hein ??!! »

«  Mais t’es grave toi ! Tu as l’air d’être dans une grosse merde -passe moi le terme- et tu te permets de faire ta fière ?? Allez ! Déballe moi tout d’un trait qu’on en finisse… tu ne te connectes pas ? »

«  Nabil suis à la rue ! Mes parents m’ont mise à la porte »

J’éclate en sanglots la seconde qui suit sous les jurons de Nabil et ses supplications pour que je me la boucle… et je me reprends pour lui raconter mon incroyable histoire, je lui dis ma peine et il ressent mon angoisse…

Ça dure une bonne heure au moins avant qu’il ne sorte de sa stupéfaction :

« Hé ben !!! »

« C’est bien le cas de le dire… »

« Incroyable ! »

« Je suis là pourtant ! »

Et là Nabil garde le silence…

Tu sais Cute qu’il peut tout bonnement te souhaiter bonne chance et passer son chemin et tu y passeras par la même occasion, mais garde l’espoir on sait jamais !

Il se décide à parler :

« Ok ! Ok ! »

Waw ! Je n’en attendais pas moins…

« Oui Nabil… voilà ce qui m’arrive… »

« Bon alors qu’est ce que tu fais ? »

Prémices de déception…

« Je ne sais pas… »

«Tu n’as nulle part ou aller ? »

C’est bon c’est le déchoir…

« Non Nabil c’est le cul de sac… »

« Ok ! Ben moi je vois 3 possibilités pour te sortir de ce merdier :

Un plan A : Tu Viens loger chez moi le temps qu’il faudra, et t’inquiète je ne vis pas seul !

Un plan B : tu restes là où tu crèches et je te file l’argent qu’il faudra en attendant le retour de ta cousine !

Puis un plan Q ! »

« Hein ??!! Non un plan C… »

Pourquoi il éclate de rire Nabil ? Je m’en fous, mon cœur recommence à taper fort… si je fais mon premier infarctus à 26 ans vous comprendrez pourquoi !!

« Alors ma belle, qu’est-ce que tu décides ? »

«  Heu… au fait j’ai comme l’impression que les meurs sont un peu légères par ici… »

« Un hôtel de passes ??!! Je passe te prendre tout de suite ! C’est où ? »

« Non mais ça peut attendre… »

« Écoute ma p’tite, si tu n’as pas confiance –et je te comprends- soit, mais il n’est pas question que je te laisse dans un endroit douteux, je t’emmènerai dans un hôtel respectable et tu décideras de ce que tu feras dans le calme ! »

Rappelez moi de tomber amoureuse de lui dès que ma situation s’arrange !

En attendant je n’ai pas à réfléchir, je vais opter pour le plan A ! Je ne peux le laisser me payer quoi que ce soit, si je loge chez lui je sais au moins que je ne coûterai pas grand-chose et puis je pourrais faire le ménage pour lui rembourser ses dépenses et quand bien même il vit tout seul, je doute que j’aie à craindre pour ma vertu… quant au plan Q… CUL !!!!!!!!!!!!!!!!

« Le Plan CUL ?????? »

Il éclate de rire une deuxième fois et me lance :

« Tu comprends enfin? Tu préfères peut être user de tes charmes pour t’en sortir ! »

Je ne trouve rien à dire… je commence à assimiler la chance que j’ai et ça me laisse sans voix…

« hééé ! Je ne parle pas de moi pour le plan cul, tu sais que tu n’as rien à craindre de ma part ! »

L’évidence de son propos me fait sourire…

« Je sais Nabil tu es un prince… »

« Oui c’est vrai mais bon pour toi ça sera juste: monseigneur… »

« Ok votre altesse, je veux bien oser solliciter de faire partie de votre cour ! Plus sérieusement je ne peux pas accepter ton argent, un toit c’est tout ce qui me faut et je t’en serai reconnaissante à vie. »

« Chic alors, ce soir on se fera notre première partie de scrabble en vrai !! Et si tu gagnes encore une fois je te mets à la porte !! Hohoho ! Elle est de mauvais goût je sais ! Alors où es tu ? »

Mais non elle me fait rire moi et même beaucoup!!!

« Je suis dans un une pension au centre ville, prés du cinéma LA REVOLTE. »

« Quel nom !! hehehe ! Ben tu me donneras quelque chose comme deux heures parce que je ne suis pas sur Casa. Dés que j’y suis-je te rappelle pour plus de précision ok ? »

« Ben non non ! Ça peut attendre demain ! S’il te plaît ! Tu viendras me chercher demain ou carrément m’indiquer ton adresse et je viendrai en taxi ! »

« Ah ouiii ! Mais tu sais ma belle que les taxis à 3 balles ça n’existe que dans la mémoire des anciens combattants maintenant !! »

La honte !!

« Non mais j’insiste ! Il n’est pas question que je te donne l’adresse ce soir ! Demain je t’attendrai sans faute. »

« T’es sûr ? Parce que je ne peux pas dormir en t’imaginant dans un endroit aussi douteux ! »

«  J’ai pas dit qu’il était douteux (il l’est) et puis je vais m’enfermer et tout se passera bien… »

« hmmm, ok ma petite ! Demain à la première heure je viendrai te chercher, tu auras la chance de rencontrer Mi Hlima ! La meilleure Dada du monde !! Sauf qu’elle est un peu dure avec les filles que je fréquente ; ce qu’elle peut être jalouse des fois !!! »

« Elle risque pas d’être jalouse de moi en tout cas ! »

« Ben ça il va falloir le voir pour le croire !! »

La gaîté de Nabil est contagieuse mais me fait mal en même temps… je ne peux pas m’empêcher de penser à ce qu’aurait pu être mon sort s’il n’avait pas été là…

Un petit bip me sort de ma rêverie : la batterie est presque à plat !!

« Nabil ma batterie est à plat et je ne sais pas où est le chargeur, alors j’ai intérêt à éteindre mon portable pour ce soir… »

« Aïe Cute ! Tu ne peux pas chercher le chargeur maintenant ? Je me sens plus rassuré en te parlant… j’ai pas le sentiment que ce soit un endroit sûr… »

Je l’aime déjà !

« Ne t’inquiète pas ! Ce ne sont que quelques heures de plus à attendre… et puis je ne suis pas la seule fille à loger ici ce soir. »

« Weh ! mais t’es la seule fille clean ! Ça j’en mettrai ma main à couper ! »

Il a raison mais bon…

«  Ok si je trouve ce chargeur c’est tant mieux, sinon je te rappellerai moi-même demain ! »

« Ah oui ! Tes 3 dhs ! »

La honte !

« Je crois que ça me suffira Nabil, allez raccroche sinon ça va s’éteindre avant même que je ne réussisse à noter ton numéro quelque part… »

« Ok ma belle ! À demain sans faute !! S’il t’arrive quoi que ce soit joins moi… je ne sais franchement pas comment tu ferais mais démérde toi pour te porter bien… je prie pour toi ma Fille ! »

« Merci mon père !! »

« Bonne nuit ou plutôt sure nuit… »

« Bonne nuit le prince… »

Et je raccroche…

J’ai envie de rire et de pleurer… mon cauchemar ne s’évapore pas mais son obscurité s’adoucit laissant transparaître des lueurs d’espoir…

Je note le numéro de Nabil sur un bout de papier que je garde posé sous le portable éteint, à quoi bon chercher le chargeur si je suis presque certaine de l’avoir laissé dans le salon hier… je voudrais tellement me réveiller dans le salon maintenant par la voix de mon père qui fait sa prière ou le rire de Nadia qui mate son Adil Imam… ou même par un seau rempli de glaçon pourvu que je sois chez moi et que tout ce film ne soit qu’un idiot cauchemar… mais non ! Seuls les gens chanceux font des cauchemars qui viennent déranger la sérénité de leurs jours… les infortunés comme moi, eux, vivent ces cauchemars en vrai…

Je me rends compte que la chambre est baignée dans une obscurité aveugle ; je ne cherche même pas à éclairer la chambre.

J’ouvre ma valise pour chercher un drap propre en m’efforçant de chasser des images obsédantes d’un colosse embrochant sa poulette et je continue à chercher, mais je ne trouve rien…

Je finis par étaler mes vêtements sur le matelas souillé puis pousser mes cartons pour barricader la porte… je ne risque pas de dormir cette nuit…

Des bruits dehors attirent mon attention vers la fenêtre ouverte… je monte sur la chaise pour regarder et quelle chance j’ai de reconnaître J3ayba le magnifique qui se réchauffe la voix pour le spectacle de la soirée!!!

La rue est fermée par des chaises rescapées du café pouilleux et des enfants qui traînent toujours dehors, pieds nus et nez bouchés…

Le spectacle commence avec un cri strident émanant des tripes J3aybiennes et s’en suit une chorégraphie hilarante et des sifflements et des applaudissements !!! et mes mains suivent le rythme jovial et mes yeux se délectent de la danse sophistiquée avec le rire sincère et un baume au cœur !!! décidemment ce n’est pas encore mon heure…

*********************************************************

Je ne sais pas quand est-ce ni comment je me suis assoupie mais il fait déjà jour et je me lève d’un bond avec une tachycardie qui me tambourine la poitrine…

Et si Nabil ne venait pas ? Et s’il ne répondait pas à mon appel ? Et si c’était un rêve ? Et si c’était vrai ?

C’est qui l’auteur déjà ? Marc Lévy !!! Yesssss !

Oooh mais la ferme Cute ! Tu es fêlée ! Tu es fêléeee !

Commence par le début ! Une douche ! Tu ne peux pas rencontrer Nabil comme ça ! Après tu vas t’habiller décemment pour ne pas le faire fuir et tu descendras l’appeler de la téléboutique d’Omar chérif…

A la sortie de la douche, j’hésite entre la chemise noire ou le pull vert… le top bleu, la veste orange, le boléro noir, la robe fuchsia, le pantalon jaune, le pantacourt turquoise, les sandales marron… mais non elles ne m’iraient pas, elles sont à Kenza… comme tout ça d’ailleurs, trop grands ou trop longs… elle adore me donner ses vêtements qu’elle met à peine et que je n’ai pas le droit de refuser… les vêtements je veux bien à la limite mais que vais-je faire de ces sandales qui me font des pieds de bébé précoce vicieux !!!

Je finis par enfiler la chemise noire qui me fait encore plus menue et mon jean…

A la sortie de la chambre je trouve Blondasse en peignoir de bain qui attend devant sa porte, dés qu’elle m’aperçoit elle me sourit avec sa timidité feinte exaspérante et me dit :

« J’ai perdu la clé de ma chambre ! »

Ce que je m’en tape !!

Avant d’arriver à la porte, 25 pommes m’appelle :

« Lalla Qout Lqouloub (et il glousse), votre petit déjeuner ! »

Et il me passe un plateau inoxydable tout noir ! Comme quoi la nature n’est maîtresse de rien dans ce bas monde…

Bien sûr, le magnifique trophée huileux centrait le joli plateau… sur une assiette en acier un œuf presque cru avec 25 g de cumin et au moins autant de sel et enfin un bout de pain d’âge incertain et humide… je prends le plateau et je sors chercher J3ayba du regard…

Je l’aperçois qui sniffe un sachet noir tout troué en essayant de boucher les trous par ses doigts… dommage qu’il n’en ait que 10… il me regarde et le sourire lui vient au visage misérable… je lui fais signe d’approcher pour prendre le plateau alors il fonce vers moi au point que je lâche le plateau qui atterrit heureusement dans ses bras… Je file en courant pour éviter tout échange superflu avec la Star…

Omar chérif n’est pas encore là ! Mais il est 9h bonté divine ! Il doit préférer escroquer les pauvres caves comme moi plutôt que de se réveiller tôt !

Le monde appartient certainement à ceux qui se lèvent tôt… Lui n’a qu’à le leur spolier le vaurien !!

Je me retourne un peu pour essayer de repérer une autre téléboutique mais je ne connais pas le coin… Je faillis hurler quand je découvre J3ayba derrière moi !!! Mais le pauvre homme se projette à 2 mètres en arrière de peur !!

Il me regarde effaré puis s’approche, devant ma mine désolée et me souffle :

« Il ouvre à 11… »

« Quoi ? 11 h !!!! »

Mais je ne peux pas attendre jusqu’à 11 h !!!

« Je l’appelle ? Je connais la maison ! »

« Et il va venir tu crois ? »

J3ayba mon sauveur s’élance sans me répondre… il me revient en moins de deux minutes avec un Omar chérif enlaidi et baillant… Et pas très content de me voir…

Je glisse à l’intérieur dans la seconde et compose le numéro de Nabil… ça sonne… une fois et puis :

« Mais bon dieu Cute j’attends depuis 2 h au moins !! »

Je sais que c’est con mais je me sens comme une bonne femmelette qui déclenche les foudres de son homme… Allo ici terre !

« Suis désolée Nabil mais la téléboutique vient d’ouvrir ! »

« Alors ne perdons pas de temps ! Où te trouves-tu ? »

Mais je ne sais pas moi comment indiquer !

Je commence à balbutier dans une langue fourchue que je ne comprends pas moi-même …

2 dhs !

« Mon dieu Cute donne moi une bonne adresse, un repère, un monument ou un numéro de téléphoooone ! »

J’ai les boules qui monte d’un coup surtout avec Omar Chérif qui me regarde de travers et ne dit mot !!

Soudain, resurgi de nulle part mon Vaillant J3ayba qui se tient toujours derrière moi commence à me guider pour me retrouver !

J3ayba ! Mon héro !

1 dh !

« Cute passe moi l’homme à côté de toi tu veux ? »

Je passe le combiné au J3ayba ému et l’encourage à prendre la parole, et c’est à peine qu’il dit :

« Salam 3alikom… »

Que le traître de dirham s’en va rejoindre les autres…

Je me retourne vers Omar chérif pour lui demander un dirham de plus !! Rien qu’un seul !!

Mais il détourne le visage, crache par terre et remue la clé pour nous signifier de déguerpir !! Mais il m’a volé 10 dhs hier !! Qu’est ce que ça lui ferait de m’en rendre une misérable pièce !!!

«  S’il vous plaît je n’ai besoin que d’un dirham ou deux, et dès que la personne que j’attends arrive je te les rends. »

« Je n’ai pas de monnaie. »

«  Ok, je reviens dans une minute le temps de ramener des sous de la pension ! Ok ? »

Ben j’ai mes affaires à la pension, il n y a pas meilleure garantie pour 25 pommes !

« Non, je rentre dormir ! Il y a d’autres téléboutiques qui ouvrent dans moins de deux heures. »

« Non mais je ne peux pas attendre !!! »

« Moi non plus Madame ! »

Mais pourquoi fait-il ça !!! J’éclate en larmes amères mais ça ne l’énerve que plus encore, Il commence à jurer !

« Tiens !! vite vite ! »

Je me retourne pour trouver le J3ayba derrière moi les paumes remplies de pièces et le regard apitoyé… j’en reste bouche bée…

Le soupir exaspéré d’Omar chérif achève de me décider à accepter la générosité du mendiant…

Je rappelle Nabil et le humble héro lui indique baveusement la route… dans une demi heure il devrait être là… je me retourne vers j3ayba les larmes aux yeux, lui promets que jamais je n’oublierai ce geste là et que je le rembourse dans moins demi heure, sans oublier de jeter au vaurien d’Omar pas Chérif un de ces regards qui disent :

Demain quand je deviendrai Cendrillon tu viendras me baiser les pieds !!

******************************************

Colosse ne m’a pas aidé à sortir les cartons ; je m’en suis occupé avec J3ayba la découverte de ma vie !

Une fois mes affaires déposées devant la porte comme la veille, j3ayba s’éloigne un peu et prend sa mine timide et modeste… comme une vierge le jour où le prétendant vient édulcorer… Décidemment la vie est drôle !

« Cute ! »

Mon cœur s’élance d’un bond hors de mon thorax en entendant la voix de Nabil !! ça ne peut être que lui !!

Je me retourne presque solennellement…

Une voiture noire… un gars qui sort rapidement et vient en courant… et quelle gars ! enlève ses lunettes… et quels yeux ! sourit largement… et quelle langue!

On ne peut rêver meilleur clip pour cette chanson… vous la connaissez ???



{avril 7, 2008}   I love Facebook!

Je n’ai pas été opérée de la conscience dans mon enfance, c’est ainsi qu’une demi heure après ma cavale, je me sens aussi mesquine qu’un voleur d’argent de poche dans une maternelle… j’ai beau me répéter que l’assiette de lentilles est servie gratuitement, je ne peux esquiver l’image du serveur louche qui me fixe d’un regard accusateur, quoique je doute qu’il arrive à me cadrer… non la ferme Cute !

Mon dieu ! T’es sur la bonne voie pour l’avilissement ! (J’ai comme une impression de déjà entendu !!)

J’ai fini par me promettre sur la tête de maman que dés que j’ai de l’argent, je viendrai payer ma dette…

Je cherche un cyber depuis plus d’une demi heure et j’ai plutôt l’impression de tourner en rond avec toutes ces rues qui se ressemblent… Qui se ressemble s’assemble ! Mal à propos : oui je sais… pourriture de quartier exactement comme celui où j’habite… où j’habitais…

Il commence à faire nuit et j’ai intérêt à faire au plus vite…

Ah ! Un cyber ! Enfin !

Je m’arrête un moment devant la porte pour lire les tarifs, je ne veux pas voir défiler mes derniers sous sans résultat :

1h: 7 dhs

½ h: 7 dhs

¼ h: 7 dhs

Consultation de mails: 4 dhs

2h: 15 dhs

Hein??!! Je ne cherche pas à comprendre…

A l’intérieur, trois PC ne marchent pas, l’un est occupé par un homme d’une cinquantaine d’année qui bave à en mouiller le clavier, un autre par une jeune lycéenne qui arrange ses cheveux chaque 30 secondes et un 3eme par une très jolie voilée tirée trop d’épingles pour que je puisse compter.

Le gars qui s’occupe du cyber m’indique un 4eme PC qui n’a pas de souris… pas étonnant, ça sent le félin dans les parages…

cuteberry@hotmail.fr

Mot de passe : *********

Et ça tourne ! Tikchbila tiwliwla…

Ça tarde à se connecter, j’en profite donc pour prier dieu du plus profond de mon cœur : ya Rebi ! Si je ne tombe pas sur Kenza d’ici demain je serai livrée au bon vouloir de J3ayba ou du gérant su snack qui me livrera à la police à moins que je ne « travaille la nuit » comme me l’a sous-entendu 25 pommes tout à l’heure…

Déjà que je ne sais pas faire, et que je ne sais pas négocier non plus, je me retrouverai certainement à accorder crédit à qui bon voudra…

« Vous avez 6 nouveaux mails sur votre boite »

On s’en fout !! C’est certainement Isa la voyante qui m’envoie des messages de terreur pour que je lui paye des 50 et des 100 euros…

Ali et Fouad connectés… mais pas de Kenza…

Je sens mon cœur se contracter à nouveau et les boules se reformer dans ma gorge…

Si je parle à Fouad, est-ce qu’il me répondra ??? Si je lui raconte que ces quelques heures que j’ai passé en dehors de la maison, me vieillissent de plusieurs années, m’accordera-t-il la moindre attention ??

Je tente un Wizz…

Silence radio.

Puis un autre…. Et puis un autre…. Et un autre … et un dernier avant que mes larmes ne recommencent à émerger de mes yeux…

Je ne sais pas pourquoi on dit que la faiblesse des femmes attire et attise l’instinct protecteur chez les hommes… j’ai passé les 3/4 de mon existence à chialer sans attendrir personne ! Sauf papa… il faut dire que c’était plus souvent par pitié pour la tite chose que je faisais que par tendresse ou amour… ou peut-être que je devenais encore plus moche en pleurant ou plus bruyante…

J’ai du être sa déception… n’importe comment, aucun bébé au monde n’aurait pu égaler la beauté de Kenza, née 3 mois avant moi… le pire c’est que non seulement je suis née avec une tête géante (merci la ventouse !) et un pied bot mais j’avais également les traits de feu grand père… qui n’avait rien de voyable… en me parlant, papa me dévisageait tout le temps, des fois en riant de mes cheveux crépus, mon petit corps menu et de mon nez pointu puis des fois, de moins bonne humeur, en maudissant certainement son patrimoine génétique qui ne s’est pas manifesté chez lui ni chez Nadia ou Mou3ad, mais qui ne m’a pas ratée… enfin si, en jouant sur les mots !

Il me manque tout de même mon père… Je dois lui écrire une lettre pour lui expliquer tout ce qui s’est vraiment passé ; depuis les fiançailles de mon frère Mou3ad, jusqu’ à la nuit que j’ai passé dehors, en déballant les révélations de Kenza… mais il ne faut pas se leurrer, il déchirera avant de lire et s’il lit cette pauvre lettre il la trouvera pathétique et tirée par les cheveux…

Un mouchoir se tend devant mes yeux !!

J’en suis tellement émue que je chiale de plus belle !!

L’homme qui bavait tout à l’heure me regarde impatiemment puis me lance :

« Mademoiselle, je voudrais qu’on échange de poste si vous voulez bien, je télécharge des documents importants… »

Des vidéos de gonzesses nues oui !

C’est bon, je perds espoir… je n’ai pas de chance, je n’attire même pas de pitié, je suis plutôt du genre qu’on aime tabasser… en voilà une affaire de réglée, dorénavant plus rien ne te décevra Qout Lqouloub…

Le gentilhomme me souffle son exaspération à travers des narines battantes… rien qu’à leur vue, je me félicite de ne pas avoir accepté son mouchoir…

«  D’accord monsieur, pas de problème… »

Zut ! Je vais devoir attendre au moins 5 minutes pour me connecter à nouveau… le débit est tellement faible qu’on pourrait attraper un poil blanc le temps que le bonhomme vert ne daigne décrocher !

Fouad s’est déconnecté en me laissant ce message :

« Je ne veux plus jamais entendre parler de toi Qout Lqouloub ! »

Heureusement que je ne me maquille jamais, comme cette petite princesse de lycéenne … le khôl m’aurait gothifié la face…

A cause de cet autre obsédé j’ai raté la possibilité de parler à Fouad ! Il ne m’aurait peut-être pas donné la possibilité d’en déplacer une, mais j’aurais pu compter sur lui pour l’argent… j’aurais du demander ce matin quand il me l’a proposé, je sais… mais là j’aurais eu le courage de le faire, c’est toujours plus facile pour moi de parler derrière un écran protecteur… ça me rappelle que mon écran solaire est restée dans la chambre de Nadia… misère ! J’ai la peau très sensible, d’ailleurs elle est super irritée par les larmes…

Je m’essuie le visage avec le revers de ma veste blanc cassé devant le regard ahuri de Miss « monde voilé » et le dégoût du Raton baveur… j’ai eu l’occasion de constater que le ridicule ne tue pas donc je ne leur prête pas plus d’attention que ça…

Je me penche sur mon clavier pour écrire mon message SOS espérant que Kenza daigne consulter son mail « perso », chose qu’elle fait rarement quand elle « bosse » !!

Je lui écris entre deux sanglots et trois éternuements tout ce qui s’est passé depuis qu’elle a vu les maudites photos des fiançailles de Mou3ad…

Ça a du durer un bon moment parce que je n’ai plus que 15 minutes avant de déguerpir…

Sur ma boite je trouve 4 mails de ma voyante qui me terrorise en m’assurant que si je ne me fie pas à ses dons je risque d’avoir 15 ans de malheur… fais moi rire…

Le 5eme est une de ces chaînes à la con envoyée par Ali, le mec connecté qui ne m’adresse jamais la parole… d’ailleurs je me demande pourquoi je le garde sur MSN, je le supprime tout de suite !!

Le 6eme est une notification de Facebook : Nabil 3allam vient de vous envoyé un message sur Facebook !

Nabil !! Yahe ! Ça fait un bail…

Je ne sais pas ce qu’un homme comme lui trouve à une fille comme moi… faut pas se méprendre ! On s’est jamais vus et il ne s’intéresse pas à moi… mais depuis qu’on a discuté un jour en jouant le scrabble sur Yahoo, il a été de la plus grande courtoisie à mon égard… sur Facebook, j’ai compris qu’il était un personnage mondain et super important… entouré par des filles qui m’ont filé des complexes tellement elles fumaient la féminité… mais il est toujours resté très humble, un mec bien…

C’est lui d’ailleurs qui m a surnommée Cute Berry, quand je lui ai raconté ma honte de mon nom Qout Lqouloub Bari…

Son message me réchauffe le cœur !!!

«  Hello Cute !

Ça va ma belle ? Quoi de beau ? Tu fais toujours tomber les mecs comme des mouches ?? J Au scrabble bien entendu J

Je viens de rentrer du Brésil après un séjour plutôt éreintant… beaucoup de boulot sous un beau soleil ! Un vrai gâchis !

Là je me repose un max, je me suis dit alors que je vais te faire un p’tit coucou mais tu n’es pas connectée… pas de souci j’espère !

Bon je te file mon numéro et dés que tu te connectes tu me fais signe pour se faire une partie, parce que j’ai bien l’intention de te battre cette fois J

06115****

A plus ! »

Vous pensez à ce que je que pense ? Est-ce que je pourrais lui demander de l’aide ? M’aiderait-il s’il apprenait ce qui m’est arrivé ??

Je n’y réfléchis pas à deux reprises… je resèche mon visage de ma veste avec un malin plaisir et m’en vais payer mon heure moins 5… à 7 dhs!

Dehors il se fait déjà assez tard.

J’accours vers la Téléboutique où Omar Chérif s’amuse à faire les yeux doux à une bonne femme grasse jusqu’à dans ses méninges… je suis tentée de lui hurler : fais gaffe à ta monnaie mais je me la boucle…

Je compose le numéro de Nabil en suppliant Dieu pour que ça marche, en y mettant toute la piété que puisse enfanter mon âme lésée…

Ça sonne!!!

Oui oui ça sonne !!!

Ça sonne toujours….

Boite vocale…

Je ne perds pas espoir je recommence dans un quart d’heure… en attendant j’observe le pique-sous en train de reluquer le postérieur d’une gamine de 14 ans… que c’est méprisable !!

Bon ! Cette fois-ci je ne me laisserai pas avoir par la boite vocale…

Ça sonne à nouveau… et encore… et encore…

« Allo ? »

Hein ??!!

« Allo Nabil ? »

« Oui ? »

«Euh… c’est Cute ! »

« Hiiiii ! Ça va toi !! Mais ça me fait plaisir d’entendre ta voix !! Depuis le temps ? Alors on va la jouer cette partie ?? »

«  Euh, au fait non ! Je ne peux pas j’ai plein de problèmes »…

Non ! Non, non ! Ce n’est pas le moment de noyer ma voix dans des sanglots, je n’en ai pas les moyens !!! »

«  Qu’est-ce qu’il y’a petite ? C’est sérieux ? Qu’est-ce que je dois faire pour toi dis moi ?? Tu appelles d’où déjà ?? »

Rappelez moi de tomber amoureuse de lui dés que cette affaire soit réglée !!!

«  Au fait je n’ai plus que 3 dhs et j’ai vraiment besoin d’aide si tu veux bien me venir en secours ! »

« Passe moi un numéro ! »

«  07279**** »

«  Je t’appelle de suite ! »

« Non ! Dans 10 minutes je suis dans ma chambre… »

« Ça marche ma p’tite Cute, file ! »

Un petit fil d’espoir commence à prendre forme devant mes yeux… et je m’y agrippe et j’y crois !!!

Vous y croyez vous ???



{mars 20, 2008}   un cours d’économie…

N’a-t-on pas dit que la vérité sortait de la Douche des enfants ? (Quoi la bouche ??)

Accroupie sous cette bizarrerie de pomme de douche appendue à 1m40 du sol (c’est pas pour enfant ce truc ?), les idées se démêlent dans ma tête et l’angoisse s’émousse… Mon esprit raide commence à penser en boucle… ok je vous épargne des jeux de mots à deux balles et vous explique donc que sous cette douche, pour les moins de 25 pommes, mes idées se rincent et je commence à voir clair… ce qui ne me sauve pas la vie certes mais me fait réaliser l’ampleur de ma connerie quand j’ai cru pouvoir compter sur le mea culpa d’une Kenza pour me sortir du pétrin ou j’étais…

Je n’ai toujours pas le temps de vous raconter cette maudite histoire  incroyable mais vraie (mièvrerie), car si j’ai où loger ce soir et surtout de quoi manger, demain je risque fort de célébrer mes noces à l’indienne avec « J3ayba Pachane » !!

Il est 16h 45 déjà !Avec mes 80 balles je devrais me débrouiller pour manger un morceau, appeler Kenza et me connecter pour lui envoyer un mail dans le cas où j’arrive pas à la joindre.

Et puis peut-être que je trouverai un contact sur MSN qui accepterait de me loger… même si je suis de nature méfiante et que jamais je n’ai fait de rencontre cybernétique… tu parles d’un courage !! Mais bon, je n’ai pas le choix de toute façon ! Entre le risque de tomber sur un fétichiste qui collectionne des mamelons roses et coucher avec des J3ayba dans un taudis, je prends tous les risques du monde !!!

Quelqu’un frappe à la porte !

C’est « 25 pommes » qui vient me demander si j’ai besoin de serviettes propres !! Comme si c’était possible dans ce trou dégoûtant !!

« Non, merci j’ai ce qu’il faut ! Par contre je voudrais savoir si le gentil chanteur de tout à l’heure est toujours dans les parages ! C’est que j’aimerais sortir et il ne m’a pas l’air très… en forme…»

«  Mais nooooon ! MADMOIZEEEEEEEEEL ! J3ayba est inoffensif ! C’est un grand artiste ! Il a même joué dans un film avec les noirs et les norvégiens !!! C’est lui qui a refusé d’aller en NORWEGIA pour prendre son oscar !!! D’ailleurs vous allez avoir l’occasion de le voir en spectacle ce soir si vous ne travaillez pas la nuit ! Vous travaillez la nuit ? ooooh la laaaaaaaaaa, J3ayba ? Il est eeeextraordinaire !! »

« Hein ??!! Ok ! » Comment ça que je travaille la nuit ??

Bref ! Il est 17h et j’ai intérêt à me bouger si je ne veux pas rater Kenza, car au-delà de 19 h tu peux rêver de l’avoir au tel…

Devant la porte des « chonsélysée », colosse me bloque la sortie en se grattant les couilles en public… Quoi ?!! Le jour où il ménagera les âmes sensibles je serai moins cru à dire ça…

Je lui fais signe pour qu’il se bouge mais il ne s’écrase pas… pas étonnant d’ailleurs ! Je cherche mon Popeye à la loupe mais n’arrive pas à détecter sa présence : « 25 pommes » m’a « tuer »…

Je sors 5 précieux dirhams de ma poche, chargés de toute la haine contre le genre humain, les organisations de paix et la FAO, et je les lui tends en espèrent qu’il soit frappé de démence ou qu’il se suicide ou mieux encore : que ce soit la caméra cachée de Bill Gates qui prouvera que je suis généreuse même dans le besoin et me récompensera d’un milliard… deux…Hélas ! L’imagination ne fait pas manger ma petite Cute…

Colosse se bouge enfin de la porte pour me laisser voir la lumière du jour…

Comme dans tout coin de rue digne de sa marocanité, celui où se trouve téléboutique du quartier empeste le fauve… un mélange de senteurs qui t’emporte hors de l’intervalle des perceptibles, j’entame alors l’exercice de survie nationalement entrepris dans ce cas : la respiration buccale…

A l’intérieur, ma respiration s’arrête carrément ! Je reste en apnée de stupéfaction !!

Un jeune homme très beau tient la caisse ! Je lui demande de me mettre la totalité de mes sous en petite monnaie… Si j’arrive à joindre Kenza je n’aurai plus vraiment besoin d’argent…

Le joli garçon me sourit gentiment et me regarde droit dans les yeux pendant qu’il me sort ma monnaie… j’en suis toute troublée parce que j’ai pas l’habitude d’être matée comme ça !! Il faut dire que je ne suis pas du tout gâtée de la nature… mais bon je ne me plains pas –ça ne me servirait à rien n’importe comment- et le joli gars me regarde avec tellement d’insistance que j’en ai le cœur qui commence à « percussionner » la mélodie du bonheur !!!

Je sais, c’est con ! Dans ma situation ça devrait bien être la dernière chose à remarquer, mais il ressemble tellement à Omar Chérif dans ce film avec Fatine Hamama où il se mourrait à la fin de pneumonie et d’urticaire…

Je mets un tit moment avant de réaliser qu’il a fini de me faire un bébé… euh la monnaie !!! C’est qu’il a le regard tellement captivant que je me laisserais volontiers prisonnière de ses mains… euh son regard !!

Je m’arrache difficilement à son charme pour me fourrer dans une cabine les mains pleines de sous…

Ça ne m’arrive jamais, mais vraiment jamais de compter mes sous mais je ne dispose que de 75 dhs après l’extorsion du colosse…

63…64…65…

Chic ! Le regard sublime ne m’a coûté que 10 balles… je devrais m’estimer heureuse… un autre aurait négocié une belle somme pour daigner le faire…

D’habitude je ne relève jamais, de crainte qu’on me traite de grippe-sou… c’est idiot je sais, c’est aux personnes qui m’arnaquent d’avoir honte, non mais !! Mais va savoir pourquoi je me laissais faire par  Hmad  l’épicier, Bou3aza le boucher, Hassan « moul teleboutic », 3abdlwa7ed « moul cidiate », Thami mon maître d’école… Lui me faisais payer une rame de papier alors que les autres à peine s’ils ramenaient 5 balles pour les photocopies…

Mais le fait est que je suis tellement dans la merdasse que je décide pour une fois de me secouer, alors je sors de la cabine, j’avance, le regard sévère, et lance courageusement :

« S’il vous plaît ! »

Omar Chérif me regarde tout sourire, tout douceur, fleurs, cœurs, senteurs de printemps, regard matador…

« hmm ! Je me demandais si vous connaissez l’indicatif du Koweït ??? »

«  Non, mais je peux me renseigner pour vous tout de suite, attendez une seconde !! »

Et il s’en va demander je ne sais quoi à j’en sais qui…

Quoi ??!!Il est tellement gentil… et puis si le méchant colosse m’a spolié 5 balles, les yeux d’Omar Chérif méritent bien plus…

Ok, je réessaie…

« Voilà Mademoiselle ! +965 c’est l’indicatif du Koweït… » Tout sourire, tout douceur, cœurs, senteurs de printemps, regard matador…

«  hmmm… Au fait, je ne vous ai pas donné 75 dhs tout à l’heure ? Parce qu’en comptant je n’en trouve que 65… »

« Non Mademoiselle. » Tout sourire, tout douceur, cœurs…et puis la ferme !

Voilà… j’aurais tout de même essayé…

A nouveau dans la cabine je ravale ma déception et je compose ce maudit numéro…

Youpi ça sonne…Et c’est une voix d’homme somnolente qui me répond…

Ce n’est pas que je ne comprenne pas l’accent du Golfe, ni que je n’arrive pas à balbutier quelques mots chopés au jargon de la Kenza mais la RRRRRapidité avec laquelle mes sous disparaissent dans cet engin me laisse sans voix…

« Allo ! meen ma3i ? »

15 dhs !!! Tout de même !!!

«  Allo ? Allo ? »

Faut que je parle !

« Allo, je peux parler à Kenza s’il vous plaît ? »

Inutile de vous décrire l’insoutenable effort que je m’en vais chercher dans les souvenirs des chansons de Mohamed 3abdou pour marmotter ces mots ci dans cet accent là …

25 dhs… ô misère !

« aaaah ! Vous voulez Kenza au Maroc ma belle ??? Elle est trop belle pour qu’on vous la rende facilement… Venez la voir ici plutôt ! On vous gardera aussi si vous êtes mignonne !!! »

45 dhs… ô infortune ! (Et c’est bien le cas de le dire !!!)

« S’il vous plaît ! Je n’ai pas le temps de discuter, j’ai un grave problème et je dois parler à ma cousine, dites lui que c’est de la part de Qout Lquoloub ! Je vous prie, je vous en supplie, ça ne peut pas attendre !!! » …………………

Ça a coupé, heureusement que j’ai gardé 15 dhs en main !!! Mais c’est un bouffe-sous cet engin !!!

Mon dieu ! Suis pas arrivée à la joindre ! Et va savoir si cet énergumène me prendra assez au sérieux pour prévenir Kenza tout de suite et puis…. Merde !! Ce n’est peut être qu’un client éphémère avec qui elle ne gardera même pas contact ! J’y ai même pas pensé !!!

O misère !!!

Mon cœur se déchaîne, ma tachycardie me reprend !! Les boules me coincent au fond de la gorge à mi-chemin entre la stupeur et l’hystérie…

Omar Chérif me regarde avec dégoût, probablement pour l’accent oriental que j’ai pris il y a deux minutes… Non mais rends moi mes 10 balles espèce de Gigolo!!!

Tu parles d’un courage…

Il faut que je lui laisse un mail pour lui faire un gros plan sur la situation à la Kenza, il faut qu’elle me sorte de là et tout expliquer à la famille…

Mamaaaa ! Papaaa ! Mo3aaaad !!!

Mes boules se dissolvent pour sourdre des larmes brûlantes qui me piquent les yeux et le cœur… mon déchirement est infiniment cruel et violent !!! Je veux être auprès des miens, quitte à subir leur châtiment ou payer pour un crime inconnu, que m’importe tant que j’involue sous leurs yeux et qu’ils évoluent sous les miens !

Ça pique de plus en plus fort !! Pas mes yeux pardi ! Mon ventre !!! Je n’ai rien mangé depuis au moins 24 h et je me sens défaillir…

Je me rappelle soudain qu’avant que n’éclate le scandale, maman avait au four un super bon gratin de légumes et de viande hachée, elle avait préparé des salades et un cake pour le dessert…

Mes larmes cessent de couler pour céder le relais à mes papilles. Je bave comme un chien affamé et avant même de m’en rendre compte je me retrouve à l’intérieur d’un Snack nauséabond qui m’aurait horripilé en temps normal !

Beh ! Tout prête à croire que le temps n’est pas normal, non ?

En guise d’entrée gratuite, une énorme assiette de lentilles, ramenée par un serveur louche et accompagnée de deux pains élastiques, commence à calmer les supplications de mon estomac collabé, quand soudain, tout à coup, subitement et brusquement… je me souviens de mes 15 dhs… des ambitions que je nourris et des actions que je projette… rien ne verra le jour si je cède mes derniers dirhams à cet homme sans cœur…( délire de persécution d’origine gastrique!) 

Allez savoir donc quelle folie me possède quand je me lève, faisant mine de vouloir me laver les mains, me faufile entre « une colonne- deux clients », fuyant le regard manqué du serveur et la vigilance du gérant et m’en vais en vadrouille… savourant une victoire que je découvre pour la première fois…



« Sata! J’ai essayé de te joindre chez toi mais personne ne répond. Je suis toujours coincée au Koweït mais je te rappelle bientôt pour avoir des news du film. Slash ! » 

Nooon ! Pas Slash ! Pas Slaaash !!! 

J’ai dû crier parce que des passants me regardent comme pour compatir avec mon handicap mental… mais ils ne comprennent rien à rien !!!

Quand Kenza dit Slash qui, pour elle, est le terme communément admis dans le jargon intellectuel de la haute sphère des entités de son genre pour dire : « On se parle un de ces quatre », c’est que souvent ce quatre se verra multiplié par un autre quatre et qu’on la verra (dans un 4×4)… dans pas moins d’un mois !!! 

Comment se fait-il que tante Malika ne lui ait rien dit sur mon drame ?

Certainement parce qu’elle estime que sa fille chérie, pure et chaste ne devrait pas perdre son pucelage spirituel en apprenant les basses réalités de sa cousine !!!

Et puis merde ! J’ai pas envie de penser à elle maintenant ; ça me fout les boules, exactement comme à 8 ans, quand la maîtresse me déchirait des pages de mon cahier de  façon à ce que je ne dépasse pas Kenza, sa petite préférée, dans la copie des cours… mais j’étais moi-même enfant, non mais !!!

Non, Oullah que je ne  la déteste pas ! Et non ! Je pense plus à elle pour l’instant, surtout maintenant qu’un charmant clochard fixe mon sachet noir depuis un moment, le regard amoureux et le sourire baveux… 

Derrière moi, j’entends une voix me proposant de l’aide.

Je me retourne pour tomber sur un homme pas plus haut que 25 pommes, au regard vif presque tranchant, le ventre pendouillant et le crâne gominé. Il  me scanne du regard, certainement en pensant :

« Allez mon Olive laisse faire ton Popeye ! »

Je mets du temps avant de comprendre que c’est le réceptionniste de la pension « Chonsélysée ».

Je sais que j’ai 200 Dhs dans ma poche arrière. J’ai donc où mettre mes affaires et coucher cette soirée au moins… 

Aïe ! Le clochard amoureux passe à l’étape supérieure dans son jeu de séduction et commence  à tripoter mes cartons, tout en sifflotant un air composé pour l’occasion… 

Je regarde mon sauveur avec toute la détresse du genre féminin et là il me sourit puis se retourne pour héler un colosse d’au moins 2 mètres. Il n’est donc que l’échantillon de ce géant qui me prend la totalité de mes affaires sur son épaule sans débander ! Je parie que si je m’installe sur l’un de mes cartons il ne sentira même pas mon poids… (Mais pas sans débander !!) 

« Héééé nahééééééé, mohabadiiii, nahéé nahééééé ! »

Quoi ?

Derrière moi le clochard sympathique se prête à une chorégraphie digne d’une Star de Bollywood, les yeux rivés sur mon sachet de « Mika ka7la » !!! 

Le réceptionniste court se régaler des élans créateurs du clochard, suivi de son colosse qui se met soudain à rire avec une voix d’enfant !!! Il ne doit pas avoir plus de 17 ans… 

Dans la rue, le tailleur, le gars du pressing, quelques passants et les clients flemmards du café pouilleux d’en face se mettent à siffler et à applaudir des mains et des pieds pour encourager les talons du défoncé… sa sérénade hindoue s’éternise et l’hilarité générale commence à m’irriter…  

Le colosse me barre l’entrée des « chonsélysée », certainement pour m’empêcher de mettre fin au spectacle. Je tente de le pousser un tit peu question de me faufiler à l’intérieur mais il bouge pas d’un trait. Je me retourne alors vers « 25 pommes » pour le supplier de me laisser entrer… il me regarde en se demandant, certainement, qui je peux être avant de perdre son sourire doré en s’étonnant, certainement, que je puisse être si rabat-joie !!! 

Il demande à son colosse de me laisser passer sous les gémissements musicaux de « J3ayba » le clochard et les protestations des spectateurs … 

…………………………………………….

La réception de la pension se trouve à la cuisine. On peut ainsi compter sur l’hospitalité insalubre des maîtres des lieux, aussitôt arrivé ! Ce qui d’ailleurs ne tarde pas une seconde puisque le colosse me met sous le nez un verre de thé couleur terre… je n’ose décliner tant de gentillesse et le prends sous le regard encourageant de « 25 pommes ».

On dirait un trophée ce verre !!! Il porte fièrement au moins une dizaine d’empreintes huileuses, témoins de la générosité marocaine : « le thé à la menthe : j’aime, je partage ! » 

J’ai intérêt à faire diversion si je ne veux pas contribuer à la charge salivaire de ce breuvage… 

« C’est quoi le tarif pour une chambre simple, s’il vous plaît ? » 

«  Hum, 80 dhs sans douche, 120 avec douche et petit déjeuner MADMOIZEL ! » 

J’ai besoin d’une douche et votre petit déjeuner plaira certainement à « J3ayba ». Il mérite bien une compensation qui lui fasse oublier son amour perdu… parce que mon sachet de « Mika », je le garde ! Non que son contenu m’intéresse, mais il constitue la preuve de mon innocence : je ne fais qu’un bien piètre « XS » contre le voluptueux « M » de Kenza !!

Je ne voudrais pour rien au monde donner à ma famille le coup de grâce en divulguant les véritables  activités de leur petite préférée – de toute façon ça leur est plus facile de me prendre pour ce qu’elle est !-, mais je compte bien me défendre pour une fois dans ma triste vie !! 

«  Je prends la chambre avec la douche. » 

«  Oki MADMOIZEL ! Wadi3 ! Monte les affaires de MAMOIZEL à la chambre 12 !! Vous restez combien de jours MADMOIZEL ? » 

Rien que cette nuit j’espère… 

« Euh… je ne sais pas encore. Peut-être rien que ce soir… »  

« Oooh ! MADMOIZEEEEEL ! Si vite ?? dommaaaage ! » 

« Hein ??!! » 

Je dépose le verre dans l’évier et file suivre le colosse « Wadi3 » avant qu’il ne m’oblige à l’ingurgiter sous menace de me faire subir la comédie musicale de « J3ayba »… 

Wadi3… Franchement ! Ma sœur me dit toujours :

«  Les prénoms ne se vendent pas malheureusement ! » 

C’est un sacrilège que d’appeler un monstre pareil Wadi3, il devait mesurer un mètre à la naissance !!! 

Wadi3 avec un petit « d » bien sûr, ce qui signifie « doux ». Avec un gros « D » par contre, son prénom signifie «  franc salopard de bas niveau ».Je tiens juste à préciser cela, même si je ne doute pas qu’il est plus WaDi3 que Wadi3, ce misérable qui me jette mes valises par terre et s’en va en marmonnant son dégoût quand je ne lui donne rien.

 …………………………………  

Je me demande bien ce que pense ma grande sœur de moi…

Nadia est restée silencieuse depuis le début de cette histoire et bien qu’elle m’ait toujours considérée comme une idiote, elle n’a en aucun moment pris ma défense… il faut dire que les faits étaient accablants. Elle en a perdu la voix et la conviction de ma bêtise… 

Et mon frère ? Me croit-il ?Bien sûr que non ! Il doit souffrir plus que jamais !!

Mon dieu ! Mais qu’ai-je fait ??

Le seul souvenir du regard qu’il m’a jeté avant de s’effondrer me gèle le cœur…

Je suis bien prête à n’importe quoi pour qu’il sache que je ne cherchais qu’à le protéger, pour qu’il me pardonne le coup bas que j’ai assené à sa virilité, pour qu’il comprenne que je l’aime tant !!! 

Mes yeux s’embrouille à nouveau et mes sanglots me vident…

Sur le lit, mes larmes se joignent à ma bave et ma morve pour créer un lac qui disparaît très rapidement en laissant une tâche ovale sur le drap jauni. Je m’arrête soudain quand je découvre plusieurs de ces tâches ovales un peu partout ! A croire que ce lit a accueilli des pleureuses en mission funèbre la veille !!

 Alors, Bilan :J’ai 80 dhs en poche, un numéro du Koweït ou appeler Kenza, nulle part où aller et personne à qui demander de l’aide puisque tout le monde doit être au courant du Scoop !

Je vais d’abord me laver et me refroidir la tête, mais surtout attendre quelque inspiration sous la douche comme à mon habitude…

Par une autre fenêtre XP, me parvient une mélodie triste d’un « J3ayba » à l’inspiration pas exigeante, qui se meurt de passion…



{mars 4, 2008}   Cute o Chonsélysée…

Je ne connais pas deux personnes dans mon entourage -pour ne pas dire le monde, non ! Cute est modeste !!- qui aient, pour klaxon, une sonorité pareille… un rire de vache !! Eh oui si vous n’avez jamais reçu le fichier de la vache folle qui rigole en meuglant je ne peux rien pour votre culture musicale…

Mon cousin Fouad est une célébrité locale… non pas grâce à sa caisse meuglante hybride de carrosse et de vache… encore moins grâce à son activité volage non identifiable au sein d’une troupe de théâtre qui ne s’est jamais produite nulle part… mon cousin à moi est célèbre pour son sourire indélébile !!

Pas de Pff qui tienne !! Le sourire de Fouad mérite un blocage au niveau de l’axe temps, car ce sourire là frise l’insolence par sa permanence exaspérante !!! Jamais rien n’a réussi à l’effacer, ni les pleurs au moment de la « falaKa » ni même le sommeil ! À croire que ses lèvres ne se sont jamais scellées… à 5 ans, quand on cherchait le duper en lui faisant dire « Bba » et « Mmi », il disait « Haj » et « Haja » en gardant sa bouche bien ouverte avec un rire contagieux!!

La mythologie familiale va jusqu’à dire que, à peine ayant quitté les coulisses utérines pour les lumières de la vie et à la place du cri inaugurant le tout premier acte (quand le toubib te claque les fesses, tu te souviens ?), il partit d’un vrai rire affolant –et comment !!-… la sage-femme qui l’a mis au monde est même devenue voyante depuis lors…

Bref ! Excusez cette longue explication, mais il faut bien assimiler mon état d’ébahissement infini lorsque j’aperçois pour la toute première fois le visage fermé de mon cousin !!! Je dis bien visage, parce que ses yeux sont mi-clos, sa bouche fermée, son nez pincé et même ses oreilles de rétractent par je ne sais quelle mécanisme physique … (encore une singularité propre à Fouad !)Je vois les véritables traits du visage de mon cousin pour la première fois de ma vie… N’est-ce pas grave ? N’est-ce pas solennel comme moment ? N’est-ce pas…

«  Monte !!! »

Je m’ éxécute sans attendre, je cours prendre mes valises pour les mettre dans son coffre… avec Fouad, je suis au moins sûre qu’on ne va pas me crucifier ou me livrer à « Chama » l’mejdouba ( la lesbienne… chut personne n’en parle !!) pour exorciser mes démons.

J’achève à peine de ranger mes cartons que le fameux sachet de «Mika » se transforme en projectile de provenance inconnue et me propulse à l’encontre du hayon de la voiture meuglante… les rires éclatent quand je palpe ma bosse d’adieu et moul Lben me ressort un : «  siri le3natou llahi wa 3alik ! ».

Je fourre le sachet dans le coffre et je monte vite fait… je surprends Fouad en train de soliloquer :

«  La vie est marrante, la vie est drôle franchement !! »

Yaaah ! Et comme par hasard c’est le jour où il arrive à cette constatation qu’il cesse de rire !!! Non, j’ai intérêt à garder ça pour moi…

«  Je voulais l’épouser moi ! Même quand cette espèce de …. Je n’ai pas perdu espoir … je devais juste réussir à trouver où jouer ma pièce et demander la main de Qout Lqouloub et… »

«  Hein ????????!!!!!!!!!! »

«  Tais toi ! »

Et il démarre…

Fouad voulait m’épouser moi ? Depuis quand ? Il faut que je sache !! Kenza ne me croira jamais !!

«  Non mais dis moi !! »

«  La ferme Qout ! Tu n’as pas le droit de parler ! Tu es ignoble ! Tu ne mérites ni mon amour ni pitié de la part de ta famille ni rien du tout !! Et dire que je te préférais à Kenza, heureusement que je n’ai pas commis l’erreur de me ridiculiser en demandant ta main !! »

(Encore une fois Kenza…)

«  Fouad je te jure… »

«  Moi je te jure !! Disparais vite avant que je ne m’énerve !!! Je te dépose où ? »

«  Au centre ça ira … »

Mes larmes m’empêchent de le voir mais je suis tellement émue… d’être la première à voir Fouad, bouche fermée !!! Je parie que même ma tante ne l’a jamais vue bouclée… Je sais pas si, dans les circonstances actuelles, il me laisserait prendre une photo de lui …

La voiture s’arrête devant la pension « Les Chonsélysée », du coup Fouad se retourne en  « fronçant » les sourcils pour me piquer du regard…

«  Tu as de l’argent sur toi ?? »

Conseil précieux de Kenza : – snobe l’argent il te viendra en masse !

« Euh… Oui… »

«  Bien sûr que tu en as, où avais-je la tête !! Sors ! »

Rappelez-moi de ne jamais suivre les conseils de Kenza ! Ça ne marche que pour elle !!! D’ailleurs, il suffit de voir ma misère pour constater sa veine…

Je descends, je prends mes affaires et avant même que j’en place une, la vache folle écrase le troupeau avec rage…

Mais qu’ai-je fait ??? Je croyais bien faire, moi, mais je me suis faite avoir comme une bleue et, ce, bien sûr avec la collaboration incontestablement involontaire de ma chère cousine Kenza !!!

Je n’ai pas encore le cœur de vous raconter mon histoire, surtout après les aveux on ne peut plus romantiques de Fouad…

eh beuh ! Qui l’eut cru ! L’eus-tu cru ?

Si j’avais su que lorsque, enfants, il mettait du piment vert dans ma soupe, il me déclarait sa flamme -qui bizarrement incendiait Ma gorge-, je lui aurais épargné ses plus belles fessées !

Comment aurais-je pu comprendre qu’il m’aimait quand il pissait dans son lit et prenait soin d’interchanger nos draps ???

Il aurait pu me filer quelques sous tout de même…

Bref ! Je suis toujours à la rue… Loin de la portée des commères et des voisins prêts à jouer à « id men lfo9ania », certes mais toujours à la rue …

Je ne puis me permettre le luxe de rêvasser sur mon ex-futur foyer fondé avec Fouad, acteur de renommée dans la troupe de théâtre internationalement connue… Et moi l’accompagnent à la soirée des Césars avec un sourire éclatant et le nez aquilin que j’aurais après la chirurgie esthétique que je subirais après mon accouchement des jumeaux Sarah et Zayd ou Sarah et Ilyas ??? après quoi je devrais penser à me faire refaire le ventre et les seins, parce –qui sait- je pourrais rencontrer un réalisateur anglais qui penserait à moi pour jouer le rôle d’une flic arabe aidant James Bond à lutter contre Ben Laden… je me demande si Fouad rouspéterait à cause des scènes du lit ?

« Mais ce n’est que du Cinéma chéri !!» je dirais…

«  ….. wa missaaaaaaaage a 3ibad llaaaaaaaah !!!! »

J’ai un texto!



{février 28, 2008}   le lendemain de l’apocalypse!!!

Bigre ! Ils l’ont vraiment fait !

Je suis actuellement hors d’état de (leur) nuire… à la rue… 

Mes propres géniteurs viennent de me mettre à la porte !! Et avant même de réaliser que toute ma vie passée tient dans « deux valises- trois cartons », un sachet de « Mika ka7la » me tombe sur la tête depuis la fenêtre du 3eme, Ma Windows XP (extra petite) sur le monde extérieur depuis 25 ans, mais avec un tel dégoût  que je comprends qu’ils sont tombés sur ma cachette secrète !!!

O misère ! ô infortune ! C’est effectivement ce qui me manquait!! Tous les sous-vêtements achetés en solde par Kenza et ces bidules bizarres qu’elle affectionne… Tout se ligue pour jurer avec mon innocence !! Et dire que je les cachais sous l’armoire et ne les sortais qu’après vérification de la sûreté des lieux pour les lui filer à cette nymphomane … mais que suis-je en train de débiter là ???

Un petit brésilien atterrit sur la tête de la voisine du 2eme qui ne dit jamais bonjour mais qui ne se gêne pas pour avoir son siège au balcon pour assister au drame de ma vie !!

O misère !Mon père est devenu cinglé !! Il ne craint même plus pour sa réputation !! Mon dieu mais qu’ai-je fait ??

Le déshabillé jaune Canarie  et l’ensemble en cuir s’éjectent également pardessus bord, avec un fond de cris ahuris de ma mère et de jurons étouffés de lHaj mon papa… pour renchérir ma honte…

Les voisins qui ne sont pas mis au parfum de la fdi7a doivent penser que je suis une porno-star montante (je parie que les obsédés du quartier ont déjà commencé à chercher mes vidéos chez « Abdelwahed moul cidiate » !!)… ceux qui savent de quoi il retourne se disent sûrement « celle-là elle cachait bien son jeu !!! »… 

Mais qu’ai-je fait dieu du ciel ?? 

Il est 10h, je n’ai nulle part ou aller et pourtant je ferai mieux de m’éloigner au plus vite !! Presque tout le quartier me scrute et me juge sans motif… sans connaître celui de mes parents en tt cas… j’entends le vendeur de lben me lancer un «  siri le3natou llahi wa 3alik !! » ……. je n’ai jamais palpé sa générosité et voilà qu’il s’adonne à la gratuité !! d’autres ricanent ; des enfants  se préparent même à chantonner pour me poursuivre dés que je commence à trimballer mes valises…

Aucune main ne se tend pour m’aider… personne ne se propose pour m’éloigner au plus  vite du quartier… ne serait-ce que pour m’en expulser… comme si le spectacle que je leur offrait rassasiait un certain ressentiment contre moi… la plupart ne connaît même pas mon prénom tellement je passe inaperçue et pourtant leur mépris me coupe le souffle…  

Les cris de mon père m’arrivent du balcon criant sa colère et priant dieu pour qu’il me damne… comme si ce n’était pas encore fait ! Il n’a pas dû trouver le fouet de Kenza ou les vibromasseurs (dieu qu’elle adore les collectionner !!)..; ou peut être n’en connaît-il  pas l’utilité malgré les formes « rudement » suggestives ! Comme pour les boules de l’«Haïcha » !! Il m’avait demandé s’il pouvait compter sur leur propreté pour l’ablution sèche (tayamoum)!!! Je l’ai sauvé de justesse ! Et le voilà qui me jette dehors, avec tant de dégoût que je ne peux même pas relever ma tête devant un tas d’inconnus qui me méprisent, avec un ressentiment vieux de 13 min 37… 39… 43…48… 59… que vais-je faire… non, ce n’est pas une question… ou du moins je ne trouve pas de réponse… 

Je ne veux pas pleurer mais je me sens mal… ma vue s’embrouille et mon cœur s’écorche avec chaque gémissement poussé par ma mère !! Elle lui dit entre deux sanglots : « Haj berra 3lik ! lHaj tkayes 3la rassek ! sokar alHaj !! »Mon père ne souffre d’aucune maladie mais ma mère lui évoque souvent un diabète imaginaire pour marquer son affection !! Pour faire celle qui se préoccupe de la santé de son cher mari ; et lui la suit en faisant son diabétique d’un jour et se prive même de sucré toute la journée !! D’ailleurs, en ce moment même il se plaît dans le rôle et commence à crier : «  ta fille veut ma mort ! Elle se fiche de moi et de mon « sokar » ! Si ça ne tenait qu’à elle je serais déjà enterré depuis longtemps !! » ; Alors ma mère chérie, qui par son seul sourire sait illuminer mes jours, lui répond sans attendre : « que son jour précède le tien a lHaj !!!! »……….

On est bien d’accord que c’est de mort qu’il s’agit ??… 

Je voudrais perdre connaissance… tomber dans un coma profond ou perdre la raison… je voudrais qu’un extraterrestre se téléporte à Hay Lbahia ou qu’un volcan explose des égouts et remporte le prix du public, parce que sinon je suis (et resterai pendant longtemps) la vedette du quartier et les yeux des paparazzis rivés sur moi achèvent de me meurtrir… 

Soudain, un klaxon retentit !!! et je ne le connais que trop bien !!!



et cetera
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.